Accéder au menu

Moustache Football Club, réflexion et analyse sur l'actualité du football.

Equipe de Grande-Bretagne : God save the kick ?

Equipe de Grande-Bretagne : God save the kick ?

En organisant les Jeux Olympiques de 2012, le comité olympique britannique a décidé de tenter un pari un peu fou pour sa compétition de football : proposer la reconstruction et la présentation d'une équipe de Grande-Bretagne, cela malgré la pluie de critiques qui s'abat sur ce projet. Le Moustache Football Club tire le portrait d'une équipe « exclusive » qui n'a plus joué depuis les années 70 et qui provoque pas mal de remous dans la cup of tea...

En organisant les Jeux Olympiques de 2012, le comité olympique britannique a décidé de tenter un pari un peu fou pour sa compétition de football : proposer la reconstruction et la présentation d'une équipe de Grande-Bretagne, cela malgré la pluie de critiques qui s'abat sur ce projet. Le Moustache Football Club tire le portrait d'une équipe « exclusive » qui n'a plus joué depuis les années 70 et qui provoque pas mal de remous dans la cup of tea...



UN ROYAUME PAS SI UNI QUE ÇA

Aussi étrange que cela puisse paraître, l'existence d'une équipe du Royaume-Uni, même de manière anecdotique, ne relève en rien de l'évidence, la question prenant vite une connotation politique. Pour comprendre la complexité de la situation, il faut remonter aux origines du football. En 1863, on ne se pose pas encore la question des sélections nationales, le football reste une activité embryonnaire. Il existe une fédération de football, la « Football Association », point. Il faut attendre 1873 pour voir l’Écosse créer sa propre fédération, suivie par le Pays de Galles et l'Irlande. L'opposition entre les sélections prend forme et il apparaît de plus en plus compliqué de former une sélection « globale » sous l'Union Jack. Le football, à la fin du XIXe siècle, apparaît déjà comme un vecteur de revendication identitaire, qu'elle soit locale ou nationale.

La présence du foot en tant que discipline de démonstration lors des Jeux Olympiques de 1900 fait apparaître pour la première fois une équipe de Grande-Bretagne...représentée par le club d'Upton Park. En 1908, une équipe du Royaume-Uni est bien présente mais entièrement composée de joueurs anglais.

Le succès du football grandissant au fil des années, la FIFA décide de faire « scission » avec le comité olympique pour organiser elle-même sa propre compétition internationale, dès 1930. Rapidement, la compétition initiée par Jules Rimet devient le rendez-vous de joueurs professionnels alors que les équipes olympiques restent amateurs. La compétition perd alors de son intérêt auprès du grand public.

En 1972, les règles de l'olympisme changent et les professionnels sont conviés à l'ensemble des compétitions. En ce qui concerne le ballon rond, les nations sont invitées à présenter leur sélection de moins de 21 ans (les Espoirs), ce qui scelle le destin d'une sélection britannique, une telle formation n'existant pas, elle ne peut donc se qualifier pour la phase finale.



2012 : LET GREAT BRITAIN SHAKE

Oui mais voilà, en décrochant l'organisation des prochains JO de 2012, le comité olympique britannique a acquis le droit de présenter son équipe, qualifiée d'office. Indignation du côté écossais, les plus fervents opposants à cette réunification footballistique temporaire. Les Gallois quant à eux se retirent des négociations, comme l'Irlande du Nord quelques mois plus tard. Résultat, seule l'association anglaise de football soutient l'idée d'une équipe commune.

Sauf qu'entre le discours politique des fédérations, la population et les joueurs, il y a un gouffre. Un sondage démontre que 69 % des Écossais interrogés sont favorables à une équipe unie. [CLIQUEZ ICI]  . Des joueurs gallois, tel que Craig Bellamy se prononcent pour la mise en place d'une telle équipe [CLIQUEZ ICI], ce qui est compréhensible car nombreux joueurs britanniques non-anglais mais performants en club peinent à rendre leurs sélections aussi compétitives. Réticentes à la mise en place de cette équipe commune, les fédérations ont tout de même fait savoir que si un joueur accepté l'appel en sélection britannique,elles ne s'opposeraient pas à sa participation. Cela tombe bien, car l'équipementier a décidé de mettre en avant deux joueur gallois prometteurs en la personne de Gareth Bale et Aaron Ramsey.

 



Du côté des opposants, les fédérations écossaise, galloise et nord-irlandaise sont soutenues par les associations de supporters qui craignent la perte de leurs rivalités historiques respectives [CLIQUEZ ICI]. Derrière cette crainte se cache aussi l'hypothèse de voir se dégager une équipe britannique permanente après cet événement et la fusion de l'ensemble des fédérations. Pourquoi donc alors l'Angleterre semble-t-elle la seule fédération a soutenir un tel projet ? Il suffit de jeter un œil à une équipe-type potentielle pour cette compétition :

 

 

Que constate-t-on  - mis à part le fait que même dans les sélections inférieures, il est toujours difficile de trouver de bons gardiens britanniques ? - Et bien que cette équipe sera certainement composée en majorité de joueurs anglais. Sur ce onze, les présences de l'Écossais James Forrest et du Nord-Irlandais Carry Evans peuvent être largement remises en cause (je me suis fixé des quotas, c'est mon côté Laurent Blanc), et hormis le trio gallois Bale – Ramsey – Allen, le reste risque de ne pas apporter de valeur ajoutée à une sélection anglaise largement supérieure à ses voisines. Mais voilà, ces quelques ajouts représentent l'espoir pour l'Angleterre de sortir du marasme international dans lequel elle est confinée depuis bien longtemps : il faut remonter à 1996 et le championnat d'Europe des nations qu'elle organise pour la voir atteindre le dernier carré. Avec une telle suprématie sur le football britannique, on comprend mieux que les fédérations écossaise et galloise refusent qu'une équipe unifiée soit formée, aussi éphémère soit-elle.



DERRIERE CETTE NOUVELLE BATAILLE DE BANNOCKBURN, LES ENJEUX D'UNE REFONTE DE L'INTERNATIONAL BOARD

Hormis des interrogations extra-footballistiques concernant le sentiment d'appartenance aux îles britanniques (un Écossais, au même titre qu'un Anglais peut-il revendiquer le fait d'être « Grand-Breton » ? Cette identité existe-elle vraiment dans les faits ? Cette réflexion peut-elle être transposée en France ? Mais comment diable font-ils pour manger du haggis ?), l'édification d'une équipe battant sous le pavillon de l'Union Jack est un fait marquant supplémentaire de l'importance que prend la FIFA dans la définition de ce que doit être une sélection nationale. Elle agit souvent comme une organisation supranationale, sous prétexte de la sacro-sainte universalité du football. Elle est d'ailleurs l'une des seules organisations a reconnaître la Palestine comme entité à part entière alors même que son autorité fait débat auprès de l'ONU. Les états qui adhérent à la FIFA se plient à une règle fondamentale : ils acceptent de cogérer et de partager la souveraineté footballistique du pays. Toute ingérence d'un tiers est passible de sanction. Certaines fédérations africaines ont connu le courroux de l'association basée à Zurich [CLIQUEZ ICI] ou de simples remontrances, lorsqu'il s'agit de fédération plus importante, comme celle de la France. [CLIQUEZ ICI pour voir notre article sur « Ingérence ça va, mais deux bonjour les dégats].

Quel intérêt pour la FIFA de soutenir un tel projet ? L'IFAB (l'International Football Association Board) qui détermine les règles du football dispose de huit sièges : quatre dédiés aux représentants de la FIFA et...quatre pour chacun des représentants des fédérations britanniques (et l'Irlande), pères fondateurs du football. Les décisions sont prises lorsqu'elles recueillent six des huit votes. Un poids démesuré au sein d'une institution souvent contestée pour son conservatisme et pour des nations dont la plupart n'ont jamais rien gagné au niveau international. En se prononçant pour une fusion de l'ensemble des fédérations britanniques, Sepp Blatter espère bien mettre fin à leur mainmise sur les règles du football. Car au sein de l'IFAB (International Football Association Board), le combat fait rage entre le président de la FIFA, partisan d'arbitres assistants supplémentaires et David Bernstein (président de la Fédération Anglaise), partisan de l'arbitrage vidéo...depuis que son équipe a été injustement privée d'un but lors du huitième de finale de la Coupe du Monde 2010 face à l'Allemagne. [CLIQUEZ ICI] .

Quoiqu'il en soit, la participation d'une équipe du Royaume-Uni aux Jeux Olympiques de Londres en 2012 apparaît naturelle, même si Stuart Pearce (sélectionneur et ancien entraîneur de Manchester City) ne disposera que de trois matchs de préparation pour forger une équipe digne de ce nom. Plus habitués aux scissions des sélections nationales (Yougoslavie, URSS, Soudan) qu'aux rassemblements, les fans de football que nous sommes regardent d'un œil dubitatif ce genre d'union, entre course à la compétitivité, récupération politique et calculs en coulisses. La situation n'en est pas moins intéressante (qui plus est au Royaume-Uni où le football tient une place bien plus importante qu'en France), tant au niveau du supportérisme que de son impact sur l'identité britannique. « Bear and forbear » comme on dit de l'autre côté de la Manche, « supporte et attends », une tentative d'union qui fera peut être des petits à la seule condition que le onze britannique termine avec la médaille d'or autour du cou...

 

 

 
commentez cet article
Chargement
Très instructif ! Et dans une perspective historique, à lire, Steve Menary, GB United ? Bristish Olympic Football and the End of the Amateur Dream, Pitch Published Ltd., 2010
Je confirme, article très intéressant !
Par contre, histoire de chercher la p'tite bête, Smalling joue à Manchester United, pas à Liverpool...
Il me semble assez inéquitable que la GB aligne une équipe pour les JO et quatre pour les championnats d'Europe et du monde, privant ainsi d'autres pays de participer (ex, écosse et angleterre en 98, irlande du nord et angleterre en 1982-6...)
Il serait donc intéressant de connaitre la réaction d'autres pays à cette équipe de Grande Bretagne?
Attention on les utlise souvent à tort pour parler de la même chose, mais Grande-Bretage et Royaume-Uni ne sont pas équivalents ! Le pays qui pourrait avoir son equipé réunifiée est le Royaume-Uni, la Grande-Bretagne est l'île ou se trouvent l'Angleterre, l'Ecosse et le Pays de Galle mais pas l'Irlande du Nord. Même s'il y a peu de chance de voir un joueur d'Irlande du Nord dans cette selection et que la nationalité de toute ce petit monde est "britannique", n'allez pas dire dans un pub de Belfast que les locaux sont des grands-bretons ;)
Arthur Michel
07 Novembre 2011
Merci Ikki, je corrige !

Merci à Yann aussi, j'avoue avoir triché, j'étais à cours de synonyme au bout d'un moment :D

Il faut dire que l'intitulé exacte de cette équipe est Great Britain & Northern Ireland Olympic Team, souvent réduit à team GB, comme le fait le sponsor !
Tiens, je m'étais posé la question d'une telle équipe y'a un moment (en fait, surtout pour me dire qu'heureusement pour nous qu'ils le faisaient pas en rugby). Je n'imaginais pas que ça pouvait être envisagé par les non-anglais, en fait, qui en ont chié pas mal avec ces pourritures d'anglais (je veux dire, qui n'est PAS contre l'Angleterre quand elle joue ? Qui voudrait former une équipe avec ces môdits anglais ?).

J'attends de voir la suite, donc.

Par contre, pour répondre à la question "Cette réflexion peut-elle être transposée en France ?", je ne vois pas comment, du moins tant qu'on n'a pas annexé la Belgique et le Luxembourg (et la Suisse, pour la coupe Davis ?) pour en faire des provinces. Avant Louis XIV (roi non contractuel, j'ai la flemme d'aller voir sur wikipedia), quand il y avait une équipe de Bretagne de soule, une Languedocienne, une Normande, etc, peut-être ?

Chouette article, en tous cas.
Jacques Le Dantec
08 Novembre 2011
"[...] il apparaît de plus en plus compliqué de former une sélection « globale » sous l'Union Jack." : Il n'a jamais été question de cela, c'est un anachronisme. Il y avait volonté de jouer des rencontres internationales entre des nations rassemblées dans un même royaume mais bien considérées comme des nations.

"Le football, à la fin du XIXe siècle, apparaît déjà comme un vecteur de revendication identitaire, qu'elle soit locale ou nationale." : Effectivement, il s'est toujours agi d'identité. Ces nations, bien qu'ayant une équipe nationale, ne sont pas devenues indépendantes pour autant. Les identités nationales restent respectées au Royaume-Uni.

On ne peut pas en dire autant en France, surtout depuis 1789 où le nouvel Etat a voulu tuer les nations du territoire en créant de force une "identité" qui n'était que celle d'un Etat des "droits de l'homme" à coloniser celui qui n'est pas Français. C'est pour cela que cette réflexion a toujours été refusée en France.

Enfin, il faut préciser que PERSONNE outre-Manche ne veut d'une équipe "nationale" du Royaume-Uni. C'est souvent, pour un Français, une notion qui dépasse son formatage plus que bicentenaire et qui reste - derrière l'ironie bon marché - une arrogance toute néo-colonialiste. N'y aurait-il que les Anglais qui soient des "pourritures" ? Eux au moins ont respectés les identités du Royaume.
Jacques Le Dantec
08 Novembre 2011
"Un sondage démontre que 69 % des Écossais interrogés sont favorables à une équipe unie. Des joueurs gallois, tel que Craig Bellamy se prononcent pour la mise en place d'une telle équipe" : Il s'agit bien sûr d'un sondage concernant une équipe pour les JO de 2012 et rien d'autre. Cette équipe ne représente d'ailleurs rien à la FIFA et l'UEFA.

La "Tartan Army" à Paris (25.000 supporters-voyageurs pour le 0-1 sur la France en 2007) a montré que les Ecossais supportait avant tout l'Ecosse. Même chose pour les autres nations du Royaume-Uni.
Et bien, que dire après une telle affirmation M Le Dantec. Tout est dit. Ou pas ? J'ai une double nationalité : luxembourgeois et gallois. Pourtant, contrairement à ce que votre post présente, non, personnellement, je vis outre-Manche, et oui, je suis favorable à une UK team.

Pourquoi, parce qu'en simple gallois, mon joueur préféré est Gareth Bale. Et qu'étant donné son talent, il mérite autrement plus sur le plan international que d'avoir une carrière de Chevtchenko (malgré tout le respect que j'ai pour l'Ukraine, qui pourtant à déjà plus de chances d'atteindre une phase finale de compétition internationale que le Pays de Galles ou le Luxembourg). Et cela est possible, ou tout du moins, serait possible, avec cette UK team. Honnêtement, hormis peut être l?Écosse (et encore), quelle équipe UK peut prétendre à une phase finale internationale (Irlande du Nord ? Pays de Galles ?) ? Une UK team pour être plus performants, moi je dis oui et même plutôt deux fois qu'une, même si comme précisé dans l'article, il faut déjà voir ce qu'ils sont capables de faire aux JO.

Concernant la réunion des équipes de clubs. Je ne vois pas trop où se situerait le problème là non plus :
Au Pays de Galles, Swansea et Cardiff font déjà le yoyo en Premier League, d'ailleurs, ces deux équipes, galloises je tiens à le rappeler, ne se posent même pas la question de s'inscrire à la fédération galloise.
La raison : le niveau... et l'argent. Le niveau amène l'argent et vice versa. Et à ce jeu là, je connais au moins 2 autres équipe écossaises qui ne diraient peut être pas non pour plus d'argent, plus de média, de reconnaissance, car il ne leur manque qu'un pas, pour refaire partit des géants d'Europe. Le Old Firm a parfaitement sa place en PL. Quand on regarde de plus près, Celtic et Rangers ont tout : le stade en très bon état et très bien équipé (moderne, grande capacité), le soutien populaire qui remplit les stades, le réseau de joueurs, et même l'équipe compétitive. Que leur manque-t-ils ? Juste plus d'argent grâce à une plus grande médiatisation. Et vu leurs résultats lors des coupes européennes, s'ils ne viseraient pas immédiatement les premières place de PL, je crois qu'ils seraient tout à fait capable de rattraper leur retard, leur niveau est déjà très bon. Il est triste mai inéluctable de dire qu'aujourd'hui, il faut de l'argent pour aller loin au football. La PL écossaise n'est pas capable d'apporter la médiatisation nécessaire.
Quid de l'Irlande du Nord... je pense que comme les gallois avec Swansea et Cardiff, ils auraient tout à y gagner.

Que cela soit au basket, en tennis, il n'existe qu'une UK team pour l'international. Et même, pour information au cricket, l'équipe est déjà plus puisque les irlandais y sont autorisés. Seul le football est encore aujourd'hui divisé. Il en vient donc de venir naturellement au crédo des supporters. Pour la situation des clubs comme dit plus haut, je ne vois pas quelle serait la différence entre un championnat regroupé dont le niveau serait encore supérieur, et l'état actuel des choses. Les Celtics et les Rangers iraient affronter Man U et Man City et autres, de nouvelles oppositions qui me mettent l'eau à la bouche rien que d'y penser. Cela (toujours une appréciation personnelle) permettrait justement de rendre à ces équipes écossaises la place qu'elles méritent dans le football européen.
Les équipes nationales ? Comme dit plus haut, seul le football est encore indépendant. Entre notre niveau moyen (Écosse, Pays de Galles, Irlande du Nord, mais aussi, il est triste de l'admettre, Angleterre, dernière demi-finale de coupe du monde : 1990, dernière finale et dernier trophée : 1966), ou une UK team qui lisse nos nations mais plus puissante, le choix du supporter est ici.

Moi, j'ai fait mon choix, je suis gallois, et je supporterais cette équipe britannique.

Il reste bien sur les avantages propres à chaque fédé, comme l'énonce le texte, avec leur dispositions à la FIFA, mais cela, en tant que simple supporter, je ne saurais en discuter avec pertinence.


Et dernière petite parenthèse (ironique) concernant l'annexion du Luxembourg évoquée par Francis : Le Duché du Luxembourg a été créé en 963 ap. J.C., le premier Royaume de France en 987.
Toute la Gaule est occupée, non ! Un petit village d'irréductibles Luxembourgeois résiste encore et toujours à la France ^^. Bon et de toute façon, je ne vois pas vraiment quel joueur Luxembourgeois aurait un profil intéressant pour la France XD !!! (Par Hazard, je pense que la Belgique serait elle footballistiquement beaucoup plus prolifique ^^)
Jacques Le Dantec
10 Novembre 2011
C'est ce qu'on appelle vendre son identité pour quelques breloques. Pas mal comme mentalité. Après, que vous soyez vraiment Gallois... Vous être surtout détenteur d'un passeport britannique. L'Etat Breton a vu le jour en 845. Nous sommes toujours occupé, pas le Luxembourg. L'histoire va et vient mais les dates ne prouvent rien. Au fait, pourquoi pas une équipe du Benelux a ce tarif là ? Cymru am byth.
James
10 Novembre 2011
"Que cela soit au basket, en tennis, il n'existe qu'une UK team pour l'international. Et même, pour information au cricket, l'équipe est déjà plus puisque les irlandais y sont autorisés. Seul le football est encore aujourd'hui divisé."

Et le rugby c'est du poulet ?
@ HagiC : non, le rugby, ce n'est pas du poulet... au temps pour moi.

@ Jacques : oui, vous avez raison, TOUS les britons sans AUCUNE exception veulent garder leur indépendance. D'ailleurs, c'est bien connu de ce côté-ci de l'Atlantique, ce sont les anglais qui enferment les écossais (gallois et autres) et empêchent leur libération en tant qu'état indépendant. Après, pensez tout de même à me montrer le drapeau du Bénélux, je suis curieux. De toute façon, je n'ai qu'un passeport bretons sans aucune valeur sentimentale.

Enfin, si tous ceux qui ont avis différents du votre sont des C.O.N.S ou des vendus lâches et intéressés...

Äddi.
Jacques Le Dantec
12 Novembre 2011
Il y a plein d'équipes nationales en Ecosse - notamment - dans différents sports qui se réunissent uniquement lors des J.O., c'est un fait. Mais contrairement à la France, ces équipes ont le droit d'exister, les Anglais ne font rien contre. Ainsi la Bretagne n'a qu'une véritable équipe nationale : en lutte celtique.

Au Royaume-Uni, la politique ne se mélange pas au sport comme en France, sauf lorsque Seb Coe et le Comité Olympique Britannique (BOA) entrent en scène et ne respectent pas les décisions des FAs celtes concernant le football britannique au J.O de 2012.

D'une part, le football britannique n'existe pas officiellement puisqu'il n'y a pas de fédération britannique et, d'autre part, seule la (English) Football Association est membre du BOA et n'a aucune juridiction sur les autres nations du R.U.. Mais le BOA peut passer en force, apparemment, ce qui me semble douteux juridiquement.

Sinon, le fait de ne pas être d'accord ne fait pas de nous des ennemis, je l'espère ! Après, "intéressés", ça me semble le résultat. Suite à 2012, on ne devrait plus parler de cette 'Team GB' de toute manière.
Vraiment pas sûr que cette équipe reste après les JO. A travers le football, il " (la touche entre le t et le u de mon clavier est cassé, c'est la 25éme lettre de l'alphabet) a l'identité des provinces britanniques qui est représentée. Cependant, au Rugb" :

Il n'" a pas d'équipe d'Irlande du Nord. L'île est totalement unifiée.
Pour les tournées contre les équipes d'hémisphére sud, il existe l'Equipe des British Lions qui unit les meilleurs joueurs d'Angleterre, d'Ecosse, du Pa"s de Galles et d'Irlande.

Et puis si cette équipe gagne la médaille d'or aux JO, ca pourrait être un beau s"mbole après tout. Avec l'Ecosse qui demande son indépendance...

Bref, pourquoi pas les équipes d'Ecosse/Angleterre séparées lors de l'Euro puis une Team GB pour la Coupe du Monde.

Voila voila
@ James : C'est louable de vouloir que Gareth Bale aie une sélection nationale décente, en tout cas plus performante, mais il me parait assez hasardeux de vouloir une team UK pour cette raison. Que se passera t il une fois la carrière du joueur achevée ? Y aurait il un autre Gareth Bale pour prendre la relève ? Et si cette sélection devenait 100% anglaise ou du moins 100% non galloise la supporteriez vous ?

Quant au niveau de la sélection anglaise et la référence aux demies et finales de coupe du monde mouais. Le déclin depuis 1990 a ses causes, d'abord les conséquences du drames du Heysel puis le choix d'ouvrir la PL en grand aux joueurs étrangers. Ce qui donne une équipe type pas mal mais avec quelques trous facheux (notamment le poste de GB), et surtout un banc un peu léger.
Pourtant c'est drole mais les décénies 60's, 70's et 80's sont loin d'être mauvaises (et que dire niveau clubs). La sélection anglaise a même eu des GB phénoménaux à cette époque la c'est dire. (oui je sais j'insiste sur ce poste mais c'était France-USA il y a pas longtemps et je revoie encore les images de l'égalisation américaine à la coupe du monde. N?empêche même avec ça le parcours anglais n'était pas mal du tout.)

Sinon pour l'ironie je ne sais pas si prendre la date du début de la dynastie des capétiens est le mieux. L'Egypte ancienne en a eu environ une trentaine de dynastie, la Chine en a eu environ une vingtaine. Peut on dire pour autant que ses empires/royaumes ont commencé avec la dernière dynastie ?

Je ne vois pas pourquoi la fédération française royale n'aurait pas le droit de revendiquer ses rois fainéants, Pépin le bref, la chanson de Roland à Charlie, etc...

Alors bien sur dans la sélection du onze des rois ceux issus de la fédé capétienne seraient très majoritaires mais il faut laisser sa chance au Gareth Bale mérovingien. (et je ne suis pas mérovingien pourtant :p )

De toute façon il faut faire attention lorsque l'on manie l'histoire ça peut ouvrir la porte à toutes les contestations arbitrales possibles.
Bories Flavien
02 Janvier 2012
Frimpong est ghanéen
Et Mc eachran est Irlandais il me semble