Accéder au menu

Moustache Football Club, réflexion et analyse sur l'actualité du football.

Lettre ouverte à Football 365

Lettre ouverte à Football 365

En rédigant un édito qui franchit une fois de plus le seuil de la médiocrité et de la malhonnêteté intellectuelle, le site Football365.fr a réussi à nous hérisser le poil de manière irreversible.

En rédigant un édito qui franchit une fois de plus le seuil de la médiocrité et de la malhonnêteté intellectuelle, le site Football365.fr a réussi à nous hérisser le poil de manière irreversible.


DU JOURNALISME DE COMPLAISANCE AU JOURNALISME CYNIQUE

Michel Rocard, ancien premier ministre avait eu cette phrase il n'y a pas si longtemps pour expliquer pourquoi il ne regardait pas la télévision.

 

"Quand on lit un texte, on peut s'arrêter, prendre un dico pour comprendre un mot, à l'image pas question tout passe trop vite. L'image a une densité si forte qu'elle occulte le reste mais pour qu'on lui soit fidèle, il faut qu'elle change... tout le temps et on est fidèle à l'image quand elle est émotive, conflictuelle. Tout ce qui est explicatif est ennuyeux, tout cela n'est pas dû à la sottise des journalistes mais par la nécessité professionnelle de l'image. Simplement le résultat, c'est une décadence culturelle de tout un peuple. Personne ne réfléchit. Alors je n'aime pas ça et je ne regarde plus la télé."

 

Une critique que l'on peut aisément appliquer à Internet, tant la "densité" d'information nécessite un traitement rapide, synthétique et parfois passionnel.

Dans nos deux écrans que tout opposent, le journalisme a évolué. La rapidité de circulation des flux d'actualités grace aux nouvelles technologies de communication a modifié considérablement la manière qu'ils ont d'exercer leur métier. Jadis, vos parents apprenaient par leur biais tel ou tel évènement, aujourd'hui ils sont précédés par les médias sociaux et plus particulièrement Twitter. Quelle plus-value peuvent-ils alors vous apporter ?

Depuis quelques temps maintenant, le journalisme de complaisance, qui se voulait un vecteur objectif de l'information a laissé place à un journalisme plus aggressif, plus polémique. On peut citer Eric Zemmour comme tête de gondole ou encore Pierre Ménès si l'on veut continuer à parler de football.

Ces individus ont mis la polémique au service de leur métier : de par leur intelligence et leur lucidité, ils ont conscience qu'ils forcent volontairement le trait de leur intervention mais qu'importe, on est là pour être entendu.


MONSIEUR PUIRAVAU, N'EST PAS POLEMISTE QUI VEUT

Malheureusement pour leurs confrères, ils sont aussi obligés de s'aligner. Mais tout le monde ne peut pas se mesurer à l'intelligence sournoise d'un Zemmour ou la gouaille d'un Ménès. Football365 a tout de même tenté de lancer sa rubrique "Edito de la Rédac", où son auteur se permet de donner son avis sur un évènement marquant de la semaine footballistique.

Soit.

Il est déjà difficile d'obtenir une crédibilité lorsque cette rubique est entourée de 60% de publicité, d'un article sur la femme à moitié nue de tel ou tel joueur ou d'un bouton pour parier quelques jetons sur les matchs du weekend.

Mais lorsque le contenu ne permet en aucun cas de relever le niveau du contenant il m'apparait bien difficile de ne pas sortir de mes gonds.

L'article incriminé est donc le suivant : intitulé "Aux Chiottes l'arbitre !" Il revient sur les nombreuses polémiques arbitrales qui secouent la Ligue 1 ces derniers temps (pensons à Enjimi, Varela et dernièrement Thual).

Concentré de bêtise crasse et de partialité, je me permets d'interroger son auteur sur les thèmes qu'il aborde :


Aujourd'hui, on parle d'avantage de niche fiscale [des arbitres]

 

Une polémique qui est vite retombée. Pour quelques privilégiés, quelle conséquence sur les comptes de l'Etat ? Pour les milliers d'arbitres bénévoles chaque dimanche matin, quelles conséquences ? Rien. Et que pense l'auteur de cet article de la situation de Roger Zannier, associé au Capital de Sporever et  dont la Compagnie Financière détient 24.4% des parts du groupe auquel appartient le site Football365 ? Industriel français mais installé en Suisse , mis en examen pour « abus de biens sociaux » et « diffusion de fausses informations sur le marché » dans le cadre du rachat de Kickers en 1995 ? Avant de jouer les moralisateurs, assurez-vous que ceux qui vous nourrissent ont également les mains propres.

 

"Le souci aujourd'hui, c'est que le dernier Bisounours a été enterré depuis belle lurette. Et il n'a pas fallu attendre bien longtemps pour que l'arbitrage français soit rattrapé par ses insuffisances et ses dysfonctionnements. La grande unité tant souhaitée par la Fédération n'était qu'une fable. Et nos arbitres, toujours pas professionnels, n'en finissent plus de se marginaliser. Le tout sur fond de niche fiscale et de victimisation d'une profession qui peut cependant compter sur le Conseil National de l'Ethique pour venir à la rescousse chaque week-end."

 

On pourrait déjà vous faire un procès pour vos références, mais on a la culture que l'on mérite. Quant au fait qu'ils puissent compter sur le Conseil National de l'Ethique, pouvez-vous m'expliquer pourquoi les arbitres ont décidé de retarder le coup d'envoi des matchs de ce week-end en indiquant qu'ils en avaient marre de voir leurs "bourreaux" ne sortir du Conseil National d'Ethique qu'avec un seul match de sursis ?

Enfin, je concluerai ma diatribe en m'interrogeant sur le bien-fondé de votre article : Quel intérêt avez-vous à remettre en doute les compétences et l'impartialité des hommes en noir ? Si l'on peut comprendre la réaction disproportionnée des "victimes" (joueurs, entraîneurs, président), vous n'avez aucun intérêt à susciter et à alimenter la polémique.

Si ce n'est attirer des individus par l'odeur du sang d'individus isolés et déjà à terre. Lorsqu'un désaxé aura commis l'irréparable un dimanche matin, vous viendrez alors condamner l'ensemble des supporters ?

Alors s'il vous plaît, contentez-vous de relater l'actualité du football sans la commenter, vous n'en avez certainement ni les armes, ni le recul, ni l'honnêteté intellectuelle.

 

 

 

 
commentez cet article
Chargement
Splendide, parfait, génial !
Splendide, parfait, génial !
Direct, lucide, létale. Merci
Bel article avec lequel je ne suis pas complètement en accord, j'avoue.

Je vois plutôt d'un bon oeil l'exercice sur lequel s'est aventuré - même sans talent sur ce coup là - NP de Foot365.
Certes, Foot365 n'est pas un blog et on pourrait attendre de lui qu'il se borne à rapporter des faits. Il me semble que c'est le cas généralement sur Foot365. Là, il s'agit d'un édito et c'est normal de s'engager un peu. J'appécie ça d'ailleurs.
Maintenant, des éditos pas caricaturaux ni stéréotypés, voire politiquement incorrect ou avec des idées nouvelles, c'est pas fréquent. Suffit de lire ceux de France Foot pour avoir envie de prendre la plume et alimenter leur rubrique de courriers des lecteurs.

Si vous critiquez la qualité du taf de NP, ces références, son vocabulaire, ses argumens, je dis ok. Sinon, l'initiative en elle-même, je dis non.

S'engager, ou prendre parti - parce qu'on est bien d'accord sur le fait que l'objectivité d'un édito est intrinséquement impossible - c'est respectable et nécessaire.
Le danger, c'est de tomber dans la polémique facile et gratuite et c'est sans doute le cas ici parce que sur le fond, on ne peut pas reprocher aux arbitres de vouloir se défendre.
Mais ne contestons pas à NP le droit de s'exprimer tant qu'il reste dans le cadre de la légalité, ce qui n'est pas le cas de Zemmour qui est cité ici.

Sur le fond, j'avoue ne pas être très fan des arbitres et si j'ai envie de les critiquer un peu - c'est mon droit - autant essayer de proposer des idées originales. Personnellement, par exemple, j'avais proposé de les supprimer sur le simple constat que leur absence n'empêche pas par nature 22 mecs de jouer au ballon. Après, ça suppose des propositions au niveau technique pour le réaliser mais je ne rentre pas dans les détails. Mais dans ce cadre, on ne peut pas m'accuser de polémiquer. Je réfléchis. (Je suis conscient qu'une telle idée a de quoi susciter des levés de boucliers).

Bref, je suis en désaccord avec la conclusion de l'article.

L'attitude sournoise des arbitres ne date pas d'hier, de même que les agressions même verbales à leur égard ne datent pas de ce dimanche matin.

Enfin, sur le fond encore, je ne comprends pas pourquoi les arbitres arguent le fait que ceux qui les critiquent ne sortent de leur convocation devant le CNE avec des sanctions inférieures à celles qu'ils souhaiteraient. Ils adoptent encore une posture de flic, ce qui est détestable dans le cadre du sport.
Il me semble d'ailleurs que le CNE tape sur tout ce qui bouge actuellement.
Je rêve du jour où un joueur célébrera un but en,montrant un t-shirt marqué du slogan "l'arbitre aux chiottes". Parce que ce jour là, personne ne sera capable d'évaluer la portée humoristique du message et on le sanctionnera stupidement parce qu'on ne laisse plus le droit aux gens de s'exprimer ou de comprendre le second degré.

Dire d'un arbitre qu'il est nul, je ne trouve pas que ça soit grave. Il serait plus correct de dire qu'il "a été nul" et ne pas faire de jugement définitif à son endroit.
Par contre, on sera d'accord sur une chose : c'est plus que la compétence de l'arbitre qui est critiqué par nos Pierre Menes et cie, c'est aussi l'intégrité et la partialité. Et là, effectivement c'est inadmissible.
Super article les gars ! Foot 365 sont des vrais FoOtix !