Accéder au menu

Moustache Football Club, réflexion et analyse sur l'actualité du football.

Pourquoi faut-il en finir avec France 98

Pourquoi faut-il en finir avec France 98

Ah ! le soutien médiatique que reçoit Laurent Blanc de ses partenaires d’aventure de la Coupe du Monde 98 est sensiblement équivalent au haro qu’avait reçu Raymond Domenech à sa sortie de Coupe du Monde 2010. Mais qui sont ces apôtres de la pensée juste, ceux censés nous faire comprendre que nous nous trompons sur Laurent Blanc ? Portrait d’une association qui s’occupe plus de placer les siens dans les hautes sphères influentes que d’organiser des matchs caritatifs.

Ah ! le soutien médiatique que reçoit Laurent Blanc de ses partenaires d’aventure de la Coupe du Monde 98 est sensiblement équivalent au haro qu’avait reçu Raymond Domenech à sa sortie de Coupe du Monde 2010. Mais qui sont ces apôtres de la pensée juste, ceux censés nous faire comprendre que nous nous trompons sur Laurent Blanc ? Portrait d’une association qui s’occupe plus de placer les siens dans les hautes sphères influentes que d’organiser des matchs caritatifs.




FRANCE 98 : MAIS QU'EST CE DONC ?

Derrière son nom évocateur, l’association regroupe nombre de joueurs ayant participé aux épopées de 1998 et de 2000 et dont on fait appel lorsque l’on veut lever des fonds, en organisant des matchs de bienfaisance. Inondations de Nîmes, tremblement de terre en Algérie, catastrophe d’AZF à Toulouse, à chaque fois les joueurs ont répondu présents pour soutenir les causes qui leurs semblaient justes. Une association très bien structurée puisqu’elle dispose d’un organigramme complet, avec à sa tête Didier Deschamps qui tient le rôle de président, mais également un bureau qui se tient au siège de la Fédération Française de Football. Une structure qui peut se permettre de reverser les fonds amassés comme elle l’entend, que ce soit à destination du football de quartier ou à des œuvres caritatives.




ASSOCIATION CARITATIVE OU LOBBYING ?

A la sortie d’un Euro 2008 catastrophique, les jeunes journalistes que sont devenus Christophe Dugarry ou Bixente Lizarazu sont les premiers à demander la démission de Raymond Domenech, chose qu’ils obtiendront 2 ans plus tard, lors d’une énième débâcle qui leurs donnera raison. En coulisse, France 98 pose ses pions. Alain Boghossian, sorti major de sa promotion lors de l’obtention de son DEPF (Diplôme d’entraîneur professionnel) est imposé par la FFF pour épauler Domenech sur le banc de l’équipe de France. Lors de son départ et de l’arrivée de Laurent Blanc, il reste en place.

 

 

Occupation des anciens joueurs de France 98

 

Joueur

Occupation

Fabien Barthez

consultant sporadique groupe TF1 / course auto

Lionel Charbornnier

DTN Fédération Football Tahiti

Bernard Lama

Association Diembar

Vincent Candela

Agent de joueur

Laurent Blanc

Entraîneur FCGB, Entraîneur équipe de France

Lilian Thuram

ex membre conseil fédéral FFF

Marcel Desailly

consultant groupe Canal plus

Frank Leboeuf

consultant groupe TF1

Bixente Lizarazu

consultant groupe TF1

Didier Deschamps

entraîneur OM

Christian Karembeu

consultant France Télévision

Emmanuel Petit

consultant France Télévision

Zinédine Zidane

consultant groupe Canal plus / conseiller du Pdt du Real Madrid

Youri Djorkaeff

Président du club de Décines

Robert Pirès

joueur Aston Villa

Patrick Vieira

joueur Manchester City

Christophe Dugarry

consultant groupe Canal plus

Stéphane Guivar'ch

Commercial vente de Piscine

Thierry Henry

joueur New York Red Bulls

David Trezeguet

joueur Hercules

 

Le tableau ci-dessus permet de tirer le constat suivant :

 

- hormis les jeunes de l’époque (Vieira, Pirès, Henry, Trezeguet) encore en exercice, peu sont les anciens footballeurs avoir continué d’exercer au bord du terrain. Seul Laurent Blanc et Didier Deschamps connaissent le haut niveau en tant qu’entraîneur.

- 8 d’entre eux sont devenus consultants à la télévision.


En comparaison avec l’équipe de France de 1986, il est intéressant de constater que la voie choisie par la plupart est celle provoquée par leur notoriété, s’intéressant au football, mais de la tribune de presse.




LA BANDE DE BORDEAUX : A CONSOMMER AVEC MODERATION

Plus que France 98, c’est un noyau dur de cette association qui se côtoie depuis Bordeaux qui truste le devant de la scène : Bixente Lizarazu, Christophe Dugarry et Zinedine Zidane.

Bixente Lizarazu : le nouveau Jean-Michel Larqué. Même origine géographique, même rôle ingrat de celui du consultant technique obligé de supporter les errances intellectuelles d’un Christian Jean-Pierre ou d’un Thierry Roland, il fut l’un des premiers à défendre ouvertement Laurent Blanc. Pour lui, le départ de Laurent Blanc représenterait 10 ans de chaos à la FFF.  Une prévision que n’aurait pas reniée Nostradamus. Si il y a bien quelque chose qu’on ne peut pas lui reprocher, c’est sa volonté de se poser en tant que leader d’opinion. Il fut également l’un des premiers à remettre en cause Raymond Domenech sur ses choix tactiques

 

 


A quoi cela sert-il de se débarasser des ancêtres Roland et Larqué si c'est pour nous affubler des nouveaux Statler et Waldorf ?


Christophe Dugarry : le nouveau leader du PAF. En quelques années, il a su faire sa place en tant que commentateur sportif, jusqu’à être reconnu par ses pairs comme le meilleur d’entre eux. Cette reconnaissance a transformé Christophe Dugarry qui se permet des sorties toujours plus virulentes : à l’adresse des joueurs et de leurs qualités, tel que Lucho ou Lissandro mais également dans des sujets extra sportifs, comme cette affaire de quotas. Cette omniprésence médiatique et cette envie de défendre Laurent Blanc ira même jusqu’à faire des victimes dans son propre camp en prêtant à Lilian Thuram des propos de vestiaires après la finale de Coupe du Monde 1998.



 

FRANCE 98 OU LA CONSTRUCTION MEDIATIQUE QUI NUIT AU FOOTBALL FRANCAIS

Une petite indiscrétion qui fera les choux gras des médias qui y verront un début de fêlure dans l’union France 98. Et c’est bien là le problème. D’une simple association d’anciens joueurs qui voulaient bénéficier de leur notoriété pour défendre de justes causes, le groupe, par une poignée d’entre eux a sombré dans l’action lobbyiste. De part leurs occupations, la majorité ne prend plus part aux évolutions du football mais se permet de porter des jugements, parfois hâtifs, parfois pertinents, sur un sport qui a bien évolué depuis 1998. Seuls Laurent Blanc, Didier Deschamps et, dans une moindre mesure, Alain Boghossian restent des acteurs du football professionnel. Les autres ont vendu leur notoriété au monstre médiatique qui n’en demandait pas moins. En donnant plus de poids à chacune de leurs interventions, elle devient parole d’évangile, ce qui nous amène à notre troisième point :




ZINEDINE ZIDANE, PROPHETE MALGRE LUI

L’affaire des quotas aura eu le mérite de mettre en lumière l’importance qu’a pris ce groupe dans le football français. 13 ans plus tard, ces individus pour la plupart en retrait du football contemporain sont encore très écoutés. A la table des apôtres, Zinedine Zidane est l’alpha et l’oméga. D’un naturel discret, s’adressant à la presse à voix basse, il n’en reste paradoxalement pas moins celui dont la parole porte le plus. Pire, son silence sur cette affaire apparaît comme anormale, Emmanuel Petit sommant l’ancien numéro 10 d’intervenir pour défendre Laurent Blanc ! Sport.fr remporte la palme de cette béatification de Zinedine Zidane. Pour eux, l’ancien Bianconeri absout Laurent Blanc de ses pêchés et de ses fautes. Rien de moins.

Son interview du 7 mai à l’adresse de l’Equipe est un pur plaisir pour les amateurs de rhétorique tant le message apparaît vide de sens et de justification

"Blanc ne peut être raciste, sa femme est d’origine algérienne"
"Je vais même plus loin : il ne raisonne jamais comme ça car ce n’est pas un sujet pour lui."
"Et c'est aussi pour cela que je parle : on a créé France 98 parce qu'on fait un truc incroyable, pour montrer aux générations futures que c'était fort, que c'était possible grâce à un groupe."
"C'est vrai que notre génération respectait les anciens. Aujourd'hui, parfois, on ne te dit même pas bonjour."
"C'est un comble de se dire qu'il y aurait des quotas dans le foot, un lieu où tout le monde devrait pouvoir vivre ensemble tranquille."

 

Lieux communs, arguments absents, pire, Zidane émet l’hypothèse que les quotas sont une erreur et que le football sélectionne « naturellement » les meilleurs…un point de vue à l’opposée de celui sur lequel la DTN souhaitait travailler. En somme Zidane soutient Blanc mais n’est pas d’accord avec la démarche que le sélectionneur voulait mettre en place. Un exercice rhétorique de funambule que ne refuserait pas O’Brien dans le roman 1984. Mais qu’importe, Dieu a parlé et l’on retiendra qu’il soutient son ami.

 

               
Apparemment, Laurent Blanc a décidé de prendre les choses en main en tordant lui-même le cou aux idées reçues quant à sa prétendue xénophobie

 

13 ans après leur sacre, la parole de quelques uns, dont la plupart ne joue plus de rôle dans le football actuel a encore une portée qui dépasse même le cadre de ce sport puisque dans l’affaire des quotas, il s’agit plus de s’interroger sur des pratiques discriminatoires et la morale que sur le mouvement du ballon rond. Une notoriété qui ne les a pas pénalisés pour l’instant, puisque l’association France 98 a su se positionner au sein des strates médiatiques et fédérales. Le black-blanc-beur que la classe politique leurs a affublé et qui a trouvé son revers de médaille avec l’acte du bus de Knysna en 2010 [voir notre article] ne semble même pas les avoir touchés, au contraire, elle a permis de « justifier » et de conforter le besoin d’un changement à la tête de l’Equipe de France, au profit de Laurent Blanc.

En donnant autant de poids à la parole de ce cercle d’influence, la France du football perd en clairvoyance. Aucune opposition ne semble être possible face aux vainqueurs sportifs. Contester leurs avis est automatiquement sanctionné par la plèbe. A l’image du paysage politique français, rien ne ressort de bon lorsque l’opposition d’idées est absente puisqu’elle ne permet pas l’existence d’un débat. Une situation qui risque bien de pénaliser le football français à moyen terme. Un comble pour une équipe qui a fait de la diversité son fond de commerce.




 

 
commentez cet article
Chargement
Gibax
18 Mai 2011
Et bernard diomède dans tout ça?
Fouteux
19 Mai 2011
Pas totalement d'accord avec votre analyse. France 98 n'a rien d'un lobby, la preuve, on a vu qu'ils ne tiraient pas dans le même sens durant l'affaire des quotas.

Les critiques de Duga et Liza sur Domenech ne faisaient qu'exprimer le ras-le-bol de la majorité des fans de football français face à un sélectionneur pas assez compétent et beaucoup trop arrogant.

Laurent Blanc est plus légitime comme sélectionneur que Domenech, c'est un fait, qu'il y ait peu d'autres solutions actuellement, c'est un fait aussi.

Attention aux amalgames.