Accéder au menu

Moustache Football Club, réflexion et analyse sur l'actualité du football.

LFP : Plus fort que l'hiver

LFP : Plus fort que l'hiver

Chaque année c'est la même chanson, en hiver, il neige, il fait froid, on ne parle que de ça comme si c'était l'info du siècle, alors que ce n'est qu'un épisode plus ou moins prévisible. Pour autant, l'homme s'entête à vouloir maîtriser les éléments, et la LFP n'y échappe pas.

Chaque année c'est la même chanson, en hiver, il neige, il fait froid, on ne parle que de ça comme si c'était l'info du siècle, alors que ce n'est qu'un épisode plus ou moins prévisible. Pour autant, l'homme s'entête à vouloir maîtriser les éléments, et la LFP n'y échappe pas.

 

PROGRAMMATION HIVERNALE

 

La France est un pays aux multiples climats : océanique, continental, montagnard ou méditerranéen. Les épisodes neigeux ou de grand froid n'y sont donc pas rares (hormis dans le dernier). Petit rappel de vos cours de géographie au Collège :

 

    


    

 

On constate donc que la quasi-totalité du territoire est touché par les températures négatives au moins un à deux mois. Pourtant, la LFP et la FFF s'entêtent à programmer des matchs de décembre à février où le climat est le moins propice à la pratique de sport de plein air. Quand l'UEFA s'impose une pause jusque mars, la France en profite pour charger son calendrier avec les coupes de France et de la Ligue. Dans un souci de copier l'Angleterre, où le Gulf Stream est plus influent que sur l'Hexagone, un boxing day est même envisagé en Ligue 1, supprimant au passage la trêve de Noël, très bénéfique selon Joe Cole, qui estime que l'absence de trêve en Premier League influe sur les mauvais parcours de la Perfide Albion lors des compétitions internationales.

 

INVESTISSEMENTS TRES COUTEUX ET PAS TOUJOURS EFFICACES

 

Pour vaincre Dame Nature, la Ligue incite les clubs à des investissements onéreux et pas toujours efficaces. A Lens, le système de chauffage installé sous la pelouse n'a jamais réellement fonctionné et il a fallu réinvestir dans ce qui se démocratise le plus : la bâche chauffante. Un investissement de 2M d'euros pour les plus basiques, comme à Dijon (10% de son budget annuel), qui devra malgré tout avancer son match du week-end en après-midi afin de limiter les risques de gel. Mais que ce soit à Sochaux ou St-Etienne, les reports de matchs sont fréquents depuis des années, malgré les dispositifs mis en place... Un calendrier plus adapté ne serait-il pas moins couteux pour les clubs que cette volonté à jouer coute que coute, jusqu'à donner l'idée aux plus fortunés de transformer les stades en salles (Lille, Amsterdam...)

 

VIDER LES STADES

 

Et tous ces efforts ne permettent au final qu'à permettre de jouer le jour prévu, histoire de ne pas trop emmerder les télés. Quoique, vu les audiences en baisse constante et l'attrait de plus en plus faible des diffusions pay-per-view qui n'attirent au final que des téléspectateurs désireux de suivre leur équipe favorite (on aimerait bien connaître l'audience de Nancy-Rennes tiens...) A cotés de ça, les stades se vident. Entre le froid glacial en tribune qui vous gèle les pieds, les accès pas toujours salés, les sièges enneigés, l'accueil n'est pas extra. Il faut aussi ajouter à cela l'état des routes, les matchs de football mettent des milliers de voitures sur un bitume glissant, augmentant les risques d'accident. Les plus prudents resteront chez eux, certes, mais la majorité ayant déjà payé son billet prendra quand même le volant. Mais pour les organisateurs, tant que la pelouse est praticable, avoir des centaines voire des milliers de spectateurs bloqués sur les différents accès importe peu.

 

ET LE CALENDRIER PLATINI ?

 

Michel Platini l'avait proposé mais il semblerait que ce projet soit abandonné. Il s'agissait, après une saison de transition, de baser les exercices nationaux sur le calendrier civil. Les saisons commenceraient en janvier/février pour se terminer en novembre. Ainsi, on multiplie les matchs l'été, là où les affluences sont les plus fortes, on a plus de possibilités pour les matchs reportés de l'hiver, et les finales, qui n'ont pas de soucis d'affluence, ont lieu les soirs d'automne. Mais les clubs comme les télévisions très conservateurs n'ont pas voulu étudier la proposition, dommage.

 

En attendant, on décale et recale les matchs au mépris des supporters qui ont prévu leur déplacement pour voir leur équipe favorite, alors qu'il serait si simple de s'adapter au climat en prévoyant, d'avance, l'hiver rigoureux, avec un calendrier respectueux des saisons.

 

 

A lire également : http://planete-lens.footblog.fr/916743/Lens-Amiens-se-jouera-t-il-ce-samedi/

 
commentez cet article
Chargement
C'est vrai que certaines décisions sont moyennes... programmés tant de match sur cette période alors que les étrangers ne le font pas forcément... alors qu'on sait très bien toutes les contraintes que ça impose... mais la LFP s'en rendrait peut-être un jour compte.