Accéder au menu

Moustache Football Club, réflexion et analyse sur l'actualité du football.

France - Espagne : 5 raisons d'y croire

France - Espagne : 5 raisons d'y croire

Ah la France...ce pays connu pour ses vins et ses fromages et pour sa relation passionnelle qu'elle voue à sa sélection nationale de football. Comme à chaque revers, l'équipe de France apparaît comme un groupe de bras cassés, de mercenaires, qui n'ont rien à faire du drapeau tricolore et où l'identité nationale de quelques-uns est vite remise en cause. Après une défaite sordide face aux Suédois, tout le monde s'est lâché sur le niveau des Bleus avant d'affronter l'ogre espagnol. Et pourtant...certains indicateurs laissent à penser que la France n'est pas dépourvue d'armes face à l'Ibère. Cinq points exposés ici pour vous faire changer d'avis.

Ah la France...ce pays connu pour ses vins et ses fromages et pour sa relation passionnelle qu'elle voue à sa sélection nationale de football. Comme à chaque revers, l'équipe de France apparaît comme un groupe de bras cassés, de mercenaires, qui n'ont rien à faire du drapeau tricolore et où l'identité nationale de quelques-uns est vite remise en cause. Après une défaite sordide face aux Suédois, tout le monde s'est lâché sur le niveau des Bleus avant d'affronter l'ogre espagnol. Et pourtant...certains indicateurs laissent à penser que la France n'est pas dépourvue d'armes face à l'Ibère. Cinq points exposés ici pour vous faire changer d'avis.


Car la France n'a jamais perdu face à l'Espagne hors match amical

Une statistique étonnante mais depuis 1922, date du premier affrontement, les Français s'en sont toujours bien sortis lorsque le match avait un intérêt. Les plus pessimistes diront également que sur les 30 matchs qu'ont joués les deux sélections, la France en a remporté 11 contre 13 pour les Ibères et que la Suède n'avait jamais battu la France en match officiel...jusqu'à cette semaine.


Car lorsque la France sort des poules, elle va loin

Autre information statistique : lorsque la France sort des poules, elle va en générale assez loin dans la compétition. Sur 22 phases finales (Coupe du Monde et Euro), la France a franchi 14 fois le premier tour. Lorsqu'elle arrive à se sortir de ce traquenard en forme de mini-championnat, elle a atteint à 9 reprises au moins les demi-finales (CM58, Euro60, CM82, Euro84, CM86, Euro96, CM98, Euro2000 et CM06) .


Car la France est toujours meilleure lorsqu'elle affronte une équipe qui accepte de jouer

Il y a peu de chances que Blanc fasse l'impasse sur l'attaquant du Real Madrid ce soir, même si ce dernier n'a inscrit aucun but lors des trois matchs de poule. Rarement à la retombée des centres, décrochant au 35 mètres pour aller chercher le ballon, il est pour l'instant l'une des déceptions de l'Euro compte tenu de sa saison. Néanmoins, Blanc pourra compter sur un Benzema qui connaît bien les joueurs ibères et qui ne se contenteront pas de mettre en place un second rideau et d'attendre; l'obligeant à décrocher pour aller chercher les ballons. En l'associant à Menez et Ben Arfa sur les côtés, il pourra en plus compter sur deux des meilleurs impact players européens pour l'alimenter en ballon.

C'est là l'une des chances des Bleus, les espaces laissés par des Espagnols dont le repli défensif n'est de plus pas leur grande spécialité.


Car l'on a connu pire au milieu de terrain

Il faudra ensuite espérer que certains joueurs se transcendent à la hauteur de l'événement . Hormis un Iniesta insaisissable qui aura fort à faire face à Debuchy, l'Espagne pèse de par son trio au milieu Xavi - Alonso - Busquets. Avec le retour inespéré de Diarra à son meilleur niveau, Laurent Blanc a un sacré problème de riche : M'Vila ou Diarra ? Étant donné la prestation du Marseillais face à l'Angleterre et l'Ukraine et la nécessité d'apporter un peu de "poids" au milieu face à l'Espagne, Laurent Blanc devrait faire le choix de l'ancien Bordelais. À ses côtés, Cabaye, les deux ayant formé une paire très complémentaire lors des deux premiers matchs. L'absence du joueur de Newcastle s'est faite cruellement sentir face à l'Angleterre. C'est ce premier rideau défensif qui sera la condition sine qua non aux contres des impact players cités ci-dessus. De là à dire que l'on jouera un espèce de remake de Espagne - Italie, il n'y a qu'un pas.


Plutôt "va te faire enculer, sale fils de pute" ou plutôt "tu m'emmerdes avec tes questions" ?

Existe-t-il vraiment un problème avec la génération 87 comme le laissait sous-entendre Domenech en se passant des services de Benzema, Nasri et Ben Arfa ? Du pain béni pour l'Équipe qui ne pensait pas bénéficier d'un Knysna II, qui plus lorsqu'on sait que le seul quotidien sportif français a des comptes à régler avec certains joueurs. Si l'on peut comprendre la motivation du journal, il y a fort à parier que la Fédération s'épargnera un second cataclysme sud-africain. La France peut par contre suivre l'exemple tracé en 2011 par l'Équipe de France de rugby. Loin d'être populaire, Marc Liévremont s'est opposé à l'Équipe ("le tu m'emmerdes avec tes questions" est resté dans la légende). Ayant été plus loin que la troupe de Domenech, le parcours français de l'équipe de football édition 2012 ressemble étrangement à celui de leurs confrères du ballon oval. La France à XV a survolé son premier match contre le Japon, a eu plus de difficultés face au Canada avant de s'effondrer face à la Nouvelle-Zélande et le Tonga, provoquant le courrou de la presse française.

Comme l'indique Jérôme Latta (les Cahiers du football) dans son interview à Rue 89, le manque de culture sportive et surtout le manque de culture footballistique des Français conduit à l'acceptation d'une presse spécialisée polémiste et passionnelle.

Les conflits dans un vestiaire après une défaite ont toujours existé. Malheureusement, après Knysna, toutes formes de dissensions dans le groupe France apparaissent à proscrire obligatoirement. Une bêtise, puisque c'est la victoire qui conditionne la bonne humeur au sein d'un groupe, pas les injonctions d'une commission parlementaire ou des journalistes de l'Équipe.


 

 
commentez cet article
Chargement
"sur les 30 matchs qu'on jouait les deux sélections"
Euh... "qu'ont joué" ?!
Sinon bah ça ressemble à une ultime tentative d'y croire, mais j'ai plus l'impression que c'est histoire de...
En plus je crois bien que le seul qui portera la moustache ce soir sera sera del bosque, mais allez les bleus quand même
Arthur Michel
23 Juin 2012
Oulah oui merci, il faut dire que j'ai commencé à boire hier pour mieux faire passer le match :D. En effet, c'est de la méthode coué. Mais je ne vois pas pourquoi on n'aurait pas le droit d'être optimiste. En face, l'Espagne n'a pas été épatante non plus.