Accéder au menu

Moustache Football Club, réflexion et analyse sur l'actualité du football.

La lame a l'oeil n°3

La lame a l'oeil n°3

La lame à l'oeil, c'est notre rubrique vidéo qui revient à chaque début de semaine sur 3 faits marquants de l'actualité footballistique du weekend : Une triple lame pour survoler une actualité jamais rasoir et prendre à rebrousse-poil la défense là où elle ne nous attend pas. Aujourd'hui : une Ligue 1 aphone en but, le clash arbitres / FFF et Canal Plus qui s'en frotte les mains.

 


16 BUTS INSCRITS EN 10 MATCHS

Ce qui n’est même pas le plus petit total enregistré cette année (14 buts, lors de la 9e journée). On a vraiment eu peur ce samedi soir lorsque la Ligue 1 et ces 7 matchs joués n’affichaient à l’heure de jeu qu’un petit but inscrit par Rennes face à Montpellier. Il faudra alors attendre les 3 derniers matchs de Dimanche pour voir le total multiplié par 4 en remerciant au passage le carton de Lyon face à Arles-Avignon (5-0). On veut bien défendre la Ligue 1 [cliquez ici] mais il faudrait qu’elle fasse sa part du travail hein…


 

 LA FIN DU LIBRE-ARBITRE

N’y allons pas par quatre chemins, ce qui s’est passé ce week-end m’apparaît comme une effroyable déconvenue pour le football français, une de plus après les errances de l’équipes nationale en Afrique du sud. Avant le clash entre la FFF et le syndicat des arbitres, j’avais posté ce billet pour remettre en cause ce lynchage médiatique [cliquez ici] mais je n’aurai alors jamais pensé que la Fédération lâcherait l’une de ses composantes.

Officiellement, le SAFE (Syndicat des Arbitres) souhaitait décaler de 15 minutes l’ensemble des rencontres de ce week-end afin de sensibiliser supporters et acteurs du football contre une situation qui a tendance à s’envenimer sur les terrains chaque week-end. Fernand Duchaussoy leurs reproche de se servir de ce motif pour faire pression de manière officieuse sur la négociation en cours entre lui et le corps arbitral, concernant des engagements contractuels qui n’ont jamais été tenus par la 3F.


Qui croire ?


A vrai dire, qu’importe. Les désaccords entre arbitres et  hauts responsables du foot français sont du même acabit que ceux entre un salarié et un dirigeant. Tout cela doit se gérer en coulisses. Ce qui m’apparaît tout simplement invraisemblable dans cette situation, c’est la réponse de la Fédération : Suspendre les arbitres fédéraux prévus pour œuvrer ce week-end pour laisser la place à ceux officiant normalement en Nationale !


Quelle est l’importance de cette décision ?

Ce qui s’est passé me semble aussi « tragique » que les évènements de Knysna. En répondant de cette manière, Fernand Duchaussoy envoie des signaux très forts aux supporters et aux autres acteurs du football français :

 

-         La Fédération ne soutient plus le corps arbitral, ou du moins, une partie de ceux syndiqués au SAFE,

-         « Qui ne dit mot consent », elle valide les critiques adressées à leur encontre ces dernières semaines,

-         Elle piétine donc les dernières onces de crédibilité de l’homme en noir.
 

Qu’on le veuille ou non, seul l’arbitre est le garant des lois qui régissent un match de football. Bien sûr qu’il existe des « cow-boys » du carton, des judges Dredd du dernier défenseur et certains qui n’osent pas reconnaître leurs bourdes. Mais en se voyant publiquement désavoués par la maison mère, qui plus est en mettant en cause l’honnêteté de leurs mouvements, la 3F vient de prendre une décision d’une rare violence. Imaginez un peu votre entreprise qui refuse l’application de votre droit de grève ? Cela serait un tollé général n’est-ce pas ? Fernand Duchaussoy avouait sur RMC dès vendredi soir qu’il pensait que la 3F risque des sanctions à l’échelle européenne pour sa décision mais qu’importe Fernand, toi qui reproche aux officiels de faire la grève pour de mauvaises raisons, explique au monsieur pourquoi tu as réagi de manière aussi véhémente…


 

 CANAL PLUS S’EN FROTTE LES MAINS

Peu de buts, un arbitrage officiellement déchu, piétiné et méprisé, il n’en fallait pas plus à Canal Plus pour passer un excellent week-end. D’ailleurs, la décision prise par la FFF n’est-elle pas également un signal fort envoyé à destination du futur unique diffuseur de la Ligue 1 ? Le retard d’un quart d’heure annoncé a peu de conséquences pour les supporters présents, mais quid des diffuseurs et de leurs programmations télévisuelles ? Pire, n’y a t’il pas eu pression de la part de Canal Plus auprès de la LFP qui crache chaque saison 11 millions d’euros au corps arbitral pour que les matchs aient lieu à l’heure programmée ? En fait, on peut reprocher à SAFE un très mauvais timing car dans quelques semaines s’ouvrent la renégociations des droits TV [cliquez ici] et Canal Plus est le seul diffuseur en course, et donc en position d’imposer le cachet qu’il souhaite délivrer à la Ligue.

On ne remerciera jamais assez Frédéric Antonetti n’avoir été présent au cours du Canal Football Club et de moucher un Pierre Ménès qui salivait d’avance de se payer ce  championnat aphone en buts et prolifique en arbitres sauvageons.

[cliquez ici pour voir les meilleurs moments d'Antonetti au CFC]

Par contre, le OM-LOSC fut l’occasion d’une infantilisation nauséabonde de l’arbitre, monsieur Hamel, de la part des commentateurs, acceptant des erreurs de jugements qui auraient conduit un professionnel du sifflet au pilori. Les termes de « Néophytes », « Débutants » furent souvent employés car il est bien connu qu’un arbitre qui débute sa carrière n’a que quelques matchs en Nationale, bien sûr.

Dans ce grand lynchage collectif, on retiendra aussi Gilles « je retourne ma » Veissière, ancien arbitre, rejeté par ses pairs pour désaccords profonds, devenu consultant auprès de Canal et Adjoint au maire de Nice [cliquez ici]. En utilisant le terme de « Robots Friqués », il n’y a donc pas été par le dos de la cuillère et leurs reprochant une conduite de Diva alors qu’ils gagnent près de 200 000 € par an.

Faux, si l’on en croit l’analyse effectuée ce lundi par l’Equipe [cliquez ici], puisqu’un arbitre touche en moyenne 6 000 € bruts/mois (fixe + prime de matchs). Là encore, l’ex-arbitre déborde sur un terrain argumentaire douteux puisqu’en exhibant de telles sommes, il touche la fibre sensible d’une opinion publique prête à tout pour remettre en cause les garants de la loi. Mais comparés aux émolutions des footballeurs , les revenus des arbitres apparaissent vraiment dérisoires.

Il y’a des lundis comme ça ou on a qu’une envie, ne pas s’être couché en tant que fan de football...




 

 
commentez cet article
Chargement